Points de vente et e-commerce : l’alliance pour la survie

Il y a quelques années, la démocratisation du e-commerce a mis un coup de pied dans la fourmilière. Les modèles économiques essentiellement construits sur des boutiques en ligne, jadis à leur âge d’or, montrent leurs limites. Les pure-players perdent du terrain face à des clients en quête d’expérience physique : en 2017, si le web est indispensable aux points de vente, le virtuel ne suffit plus au e-commerce.

Pour rester attractifs, les deux modèles qui se concurrençaient doivent se réinventer. Comment ? En jouant la carte de la confluence, c’est-à-dire en s’alliant pour survivre. Le commerce on et offline rentre ainsi dans la « friennemy economy » aussi appelée coopétition (mélange de coopération et de compétition). Les opérations spéciales et les grands marronniers, comme le Black Friday ou les fêtes de fin d’année, ne suffisent plus : pour perdurer, le (e-)commerce doit se réinventer.

Survivre à une économie confluente

2017 a été marquée par deux annonces cruciales qui ont ponctué l’été : Amazon a racheté Whole Foods et Google s’est allié à Walmart. Ces deux partenariats stratégiques incarnent parfaitement la problématique à laquelle le commerce fait désormais face : la nécessité de se réinventer pour continuer à croître à l’heure où les modèles économiques subissent de profondes transformations.

Si le e-commerce a bouleversé l’économie de la distribution, c’est lui qui est cette fois disrupté par des acteurs alliant le meilleur des points de vente au meilleur du web. Résultat : des modèles hybrides s’érigent pour mieux répondre aux besoins de clients en quête d’innovation. Les marques qui se cantonnent à leur modèle traditionnel, en revanche perdent du terrain en refusant de s’aventurer sur des territoires centrés autour de l’expérience client, un des enjeux cruciaux du commerce actuel.

E-commerce et parcours d'achat en points de vente.

Le wifi, puissant outil de réconciliation entre le on et le offline

Internet n’a pas balayé les anciennes habitudes de consommation. Si les enseignes physiques ont vu le e-commerce se démocratiser sous leurs yeux, celles-ci ne sont pas vouées à perdre des parts de marché au profit de leur rival en ligne pour autant. Au-delà d’une concurrence, c’est en effet une complémentarité qui se dessine.

 

Aujourd’hui, commerce et e-commerce ne sont plus des modèles qui s’opposent, mais qui se complètent. Le véritable challenge pour les marques devient alors celui de réussir la combinaison intelligente des deux canaux pour proposer à leurs clients une expérience augmentée et 360 qui abrogera le marketing de masse pour revenir à l’essentiel : le suivi personnalisé de chaque client, ultime enjeu des grandes enseignes pour allier une offre large à une proximité indispensable.

 

Et pour en apprendre davantage, nos livres blancs sont toujours disponible sur notre plateforme de téléchargement :