Aujourd’hui, j’ai été convoqué dans le bureau de Florent Auroyer, mon DRH. Qui est aussi accessoirement notre DAF et l’un des plus fervents défenseur de la langue française. En toute modestie, une sommité chez UCOPIA.

Honnêtement, l’histoire pourrait s’arrêter là, parce que dit comme ça, ça jette un froid. Enfin bref, je m’exécute et je roule sur ma chaise de compèt’ avec protection lombaire jusqu’à son bureau, avide d’en savoir davantage sur ce qui allait [encore] me tomber dessus.

La porte se referme et nous voilà seuls, en tête à tête :

  • Bienvenue Maxime, j’ai un nouveau projet et je suis ravi que tu aies accepté d’en être le premier cobaye. Pas d’objections ?
  • Du tout, je suis R-A-V-I…

Vous imaginez bien ma joie. A quelques détails près on pourrait m’apercevoir trépigner de bonheur et sautiller d’impatience. Ou peut-être est-ce l’inverse ? Vous voyez, j’en suis tout chamboulé…

Florent, enchanté que je me sois porté volontaire à l’insu de mon plein gré, m’expose sa brillante idée :

  • Maxime, voilà maintenant 1 an et 3 mois que tu es parmi nous en la qualité de responsable du Marketing Digital et je souhaiterai que tu reviennes sur ton expérience afin que je puisse la partager sur notre espace de recrutement. Tu as carte blanche [et autant de budget que la température qu’on a eu durant notre KickOff de janvier en Islande : -3°…]

C’est donc les yeux embués d’émotions et avec des palpitations à s’en décrocher la mâchoire que j’accepta l’immense honneur de revenir en toute objectivité sur l’expérience UCOPIA. En un instant les premières idées fusent…

S’il est vrai que dans la vie, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises situations, je dirai qu’après tout on est sincèrement pas si mal que ça chez UCOPIA. Alors oui la moquette est bleue et les meubles auraient mérité de disparaître en même temps que les brontosaures, mais hormis ces petits détails qui au final relèvent uniquement de mauvais goûts esthétiques, l’ambiance est dingue. Et après tout, qui suis-je pour juger leur goût immonde ? Entre tournoi de babyfoot et afterworks [aka les soirées ‘’d’apéritifs dinatoires’’ en bon français, de Florent…] alimentés par notre tireuse à bière, l’entreprise vit. Je pourrai faire une parenthèse pour souligner qu’UCOPIA s’inscrit dans une dynamique de transformation et d’innovation, mais là encore, ce sont avant tout les employés de l’entreprise qui font avancer ces grands changements.

Alors quelle que soit l’offre à laquelle vous postulerez, le dénominateur commun restera la dimension humaine. Rejoindre UCOPIA c’est souhaiter ajouter son grain de sel et peser dans la balance pour construire pas à pas l’entreprise idéale de demain. Si je devais citer un grand philosophe de notre équipe de R&D : « je dirai qu’il n’y a pas de personnes lambda chez UCOPIA, uniquement des personnages ».

Et pendant que cette expérience incroyable se reforme dans mon esprit, je reviens peu à peu à la réalité ainsi qu’aux impératifs existentiels de ce cher Florent :

  • Merci d’avance de me rendre ton auto-interview pour hier, on a des talents à recruter !

________________________________________________________________________________

 

Maxime Jacob, responsable Marketing chez UCOPIA revient sur les petites anecdotes du quotidien

Maxime Jacob, responsable du Marketing Digital d’UCOPIA revient sur les petites anecdotes du quotidien…

Pour retrouver son interview [plus stricte] et les questions clés sur l’entreprise et son poste de Marketing Digital, et bien évidemment pour postuler et nous rejoindre, cliquez-ici !