Retail : 3 bonnes raisons de miser sur la réalité virtuelle

Alors que les points de vente ont subi une perte de vitesse drastique avec l’explosion du e-commerce et la montée en puissance du m-commerce, les nouvelles technologies offrent de belles cartes à jouer à un retail en pleine mutation.

Parmi celles-ci, la réalité virtuelle est particulièrement attendue par les consommateurs : 70 à 80 % d’entre eux estiment que sa mise en place permettrait d’améliorer l’expérience d’achat proposée par les points-de-vente .

 

#1 Pour améliorer la satisfaction client

Le groupe L’Oréal a été le pionnier de la réalité augmentée appliquée au marketing dès le début des années 2010-2012, en construisant des applications permettant à ses utilisateurs de tester un rouge à lèvres ou une nouvelle couleur de cheveux directement depuis leur téléphone. Aujourd’hui, Uniqlo, Gap ou encore Topshop ont pris une direction similaire en adoptant une stratégie phygitale. Ainsi, en installant la réalité virtuelle en boutique, ces marques aident leurs clients à se projeter dans une tenue sans avoir besoin de l’essayer, notamment via des miroirs équipés de cette technologie.  Au-delà de faciliter l’acte d’achat, la VR offre surtout à ces enseignes la possibilité d’améliorer leur taux de retours produits : les clients sont alors aussi satisfaits de leurs achats qui correspondent réellement à leur besoin.

#2 Pour favoriser l’immersion dans l’univers de la marque

Technologie immersive, la réalité virtuelle est idéale pour faire entrer leurs utilisateurs au cœur de l’univers des marques via une expérience unique. C’est le parti pris très pragmatique de Décathlon, qui a mis en place un showroom en réalité virtuelle pour permettre à ses clients de tester les 18 tentes de sa gamme Quechua. La VR a ainsi facilité le parcours d’achat tout en permettant à la marque d’économiser les 600 m2 qui auraient été nécessaires à la présentation des produits.D’autres marques, comme IKEA ou Renault, vont plus loin pour proposer une expérience créative à leurs clients. Si le géant suédois utilise la réalité virtuelle pour permettre à ses clients d’imaginer très concrètement leur propre pièce avec les produits du magasin, Renault a misé sur une campagne plus audacieuse pour le lancement de sa dernière Koleos. Durant un voyage en avion, la marque a proposé un casque de VR à 3 passagers, mettant en avant une expérience très proche de leur réalité avec, in fine, un voyage incroyable en Nissan à la clé. Et, lorsque l’avion a atterri, la marque a recréé le film dans la réalité au détail près et en proposant une expérience de conduite dès la sortie de l’aéroport. Résultat : les utilisateurs sont surpris, complètement embarqués dans l’univers du produit, et adhèrent naturellement à la promesse de la marque.

Réalité Virtuelle et Retail, une technologie matûre ?

#3 Pour fidéliser sa clientèle

En promettant divertissement, créativité et engagement, la gamification se fraye peu à peu une place dans le retail qui amorce son virage phygital. Facteur d’immersion dans l’univers de la marque, elle titille nos biais cognitifs et exploite l’addiction propre au jeu pour favoriser l’adhésion de l’utilisateur. Le levier gagne d’autant plus en puissance lorsqu’il est couplé à la réalité virtuelle, tech ultra-immersive au cœur des enjeux marketing depuis 2017.

C’est le pari qu’a fait Diesel, pour le lancement d’un de ses parfums. Pour accompagner la promesse « Only the brave » véhiculée par la marque, celle-ci a imaginé la campagne #ExperienceTheHigh : comme dans un jeu vidéo, le dispositif permet de sauter virtuellement dans le vide et de récupérer des bouteilles de parfum tout au long de la chute. A la clé, une expérience ancrée dans l’univers Diesel qui marque l’utilisateur et offre un souvenir impérissable, socle de la fidélisation.

Bouleversé par les nouvelles technologies qui ont eu tendance à lui voler la vedette, le retail amorce un virage phygital crucial pour son avenir. Conciliant à la fois une expérience unique et connectée qui était l’apanage du digital, à la relation de proximité et de conseil propre aux points-de-vente, le secteur se réconcilie progressivement avec les nouvelles technologies et les transforme en véritables points forts à son service. Jusqu’à, peut-être, faire émerger un v-commerce…

 

Vous pouvez retrouver cet article dans son intégralité ici.