Internet vs Internet de proximité : le match de la personnalisation client

Par Florent Auroyer, Président UCOPIA

Internet ne cesse d’évoluer vers un écosystème « tout connecté » IoE basé sur des avancées technologiques sans précédent, entre blockchain et intelligence artificielle. Cet environnement dynamique est un terreau fertile pour les villes et les lieux publics leur permettant de générer de nouvelles sources de revenus tout en améliorant la qualité de vie des citoyens. Mais cet IoE repose sur la collecte des informations que nous partagerons individuellement et collectivement et qui sont contrôlées aujourd’hui par les géants américains du numérique, les GAFA mais également exploitées par les constructeurs et les opérateurs télécoms. Au-delà des questionnements éthiques liés aux données personnelles et au contexte légal renforcé, il est nécessaire de permettre aux entreprises, villes et industries de se réapproprier ces données en rétablissant tout le potentiel d’un Web local. Le tout, au service de leur développement et des usages du consommateur.

Aujourd’hui 4,39 milliards de personnes dans le monde sont des internautes et un être humain sur cinq possède un compte Facebook. CB Insights estime même que d’ici deux ans, presque tous les habitants de la Terre produiront 1,5 Go de données par jour. Nous sommes en outre, de plus en plus, connectés à des milliards d’objets qui collectent des informations, analysées pour favoriser la prise de décision des entreprises.

Porte d’entrée obligatoire vers les immenses avantages du Web, les GAFA ont pénétré les frontières personnelles de milliards d’utilisateurs, captant de gigantesques volumes de données liées à leur activité. Et cet or noir est inestimable : selon le Boston Consulting Group, la valeur des données personnelles fournies par les européens pourrait atteindre 1000 milliards d’euros en 2020. Les données personnelles constituent véritablement un actif stratégique pour les entreprises, sur lequel capitaliser pour se différencier, améliorer l’expérience client et surpasser la concurrence.

Viser un marché européen digital unique avec la donnée en épicentre

Gardiens du « graal » – les données clients à très forte valeur commerciale – les GAFA, considérés comme trop influents, hégémoniques et intrusifs, inquiètent les autorités et les citoyens. Malgré le retard accusé de l’Union européenne en matière de développement numérique, des réglementations foisonnent pour encadrer leur activité comme par exemple le RGPD – règlement général pour la protection des données – accompagnant le droit fondamental de chaque citoyen européen à la protection de sa vie privée.

Afin de rattraper ce retard et se poser en marché digital unique, les Etats européens soutiennent l’innovation et encouragent le développement de technologies numériques clés telles que l’intelligence artificielle et la cybersécurité tout en renforçant la formation de e-compétences, avec la donnée au cœur de leurs projets. Un des principaux piliers est le développement des télécommunications. En témoignent les appels forts du Président Macron pour faire de la 5G un enjeu de souveraineté européenne ou encore  WiFi4EU, une initiative à 120 millions d’euros de 2018 à 2020 et support du déploiement de l’accès Internet via Wi-Fi dans 8000 communes en Europe.

Le Wi-Fi, un allié de proximité insoupçonné pour se réapproprier ses données

Complémentaire à la 5G, le réseau sans fil Wi-Fi 6, dont la promesse est d’être trois fois plus rapide que son prédécesseur avec des débits 40% plus rapides pour le transit des données, constitue un allié de choix dans la digitalisation et la connectivité des villes et de ses lieux publics, stades, aéroports, centres de congrès, parcs d’attractions… Inépuisables théâtres de flux, de visite, de sociabilité, de flânerie, de consommation ou encore de divertissement, ils ont la capacité de fédérer la foule et réclament ainsi des environnements de télécommunication haute densité pour supporter des milliers de connexions mobiles simultanées.

Le réseau Wi-Fi par sa capacité à capter les données des usagers en mobilité et à un instant T, notamment via les réseaux sociaux, devient donc un canal de communication de proximité qui va permettre aux lieux de se réapproprier leurs données clients. Les aéroports pourront proposer directement sur les smartphones des voyageurs des aiguillages vers les parcours d’embarquement les plus rapides ou bien les promotions en cours dans les boutiques Duty Free,  les salles de concert, promouvoir les nouveaux spectacles bien après la visite de l’internaute, les villes, proposer des guides interactifs et des parcours de visite en fonction des goûts de chacun, les musées, mettre en lumière certaines œuvres ou artistes et proposer des visites personnalisées, les parcs d’attraction, réserver les « fast pass » selon les goûts et habitudes des clients, apposer directement sur leurs calendriers les heures de passages sur telle ou telle attraction, ou leur livrer directement le snack en fonction de leur situation géographique,… les usages et applications sont légion. Plus la stratégie d’engagement du lieu sera globale, innovante voire exclusive, plus l’utilisateur sera enclin à partager ses données personnelles dans le plus grand respect de la loi RGPD.

Si Internet évolue vers le « tout connecté », le Web de proximité offre quant à lui des capacités de personnalisation et de génération de revenus inégalé. La portabilité des données permise grâce au RGPD et au réseau Wi-Fi est sûrement un moyen efficace de damer le pion aux GAFA et de ne pas les laisser emporter la guerre des données !

Tribune à retrouver sur Les Echos : Internet : gagner le match de l’attention contre les GAFA