Skip to main content

L’intelligence artificielle générative devrait libérer du temps pour des tâches plus créatives, selon une étude du McKinsey Global Institute publiée en juin 2023. Dans les années à venir, les entreprises du secteur de la vente au détail pourraient bénéficier de gains de productivité conséquents, soit de 1,2 à 2 % de chiffre d’affaires annuel supplémentaire. Bien que son utilisation comporte des risques, les acteurs économiques peuvent prendre des mesures préventives.

 

Apport de l’IA

De nombreuses entreprises ont déjà adopté des solutions d’intelligence artificielle, mais qu’apportera l’intelligence artificielle générative de plus ? Elle représente une nouvelle avancée en offrant au grand public la capacité d’utiliser la technologie pour rédiger du texte, composer de la musique et créer de l’art numérique. Son succès a été instantané, comme en témoigne l’intérêt suscité par ChatGPT dès sa sortie fin 2022. Les entreprises, multipliant les annonces de tests ces derniers mois, participent activement à cet engouement massif. Selon des recherches, l’IA générative pourrait entraîner des gains de productivité pouvant atteindre de 2 600 à 4 400 milliards de dollars par an. Avec l’IA générative, les estimations précédentes sur l’IA ont dû être avancées d’une décennie !

 

Une nouvelle organisation des entreprises et des missions

De nombreuses tâches seront automatisées par l’IA générative. Quelles seront les conséquences sur l’organisation des entreprises et la nature du travail ? L’IA générative accélère le potentiel d’automatisation des métiers de la connaissance : elle peut élaborer des ébauches de publicités, de slogans et de descriptions de produits, créer des messages personnalisés adaptés aux préférences des clients, ou traduire instantanément des campagnes de mailing dans plusieurs langues, entre autres. Elle assure également l’uniformité du message de la marque. Pour réussir son intégration, les entreprises devront donc consentir des efforts de réorganisation et de formation de leurs collaborateurs, y compris pour les emplois qualifiés. La bonne nouvelle est que l’IA générative devrait libérer du temps pour que les employés, assistés par des logiciels intelligents, se consacrent à des tâches plus créatives et à plus forte valeur ajoutée. Ils apprendront à travailler avec une IA copilote, à l’instar de leur expérience avec un ordinateur, ce qui devrait améliorer globalement leurs compétences.

 

Se prémunir des cyberattaques

L’utilisation de l’IA générative n’est pas sans risques : cyberattaques, manipulations, protection de la propriété intellectuelle et des données personnelles. Comment les entreprises peuvent-elles s’en prémunir ? Ces risques ne doivent en effet pas être sous-estimés par les entreprises. Selon des études, seulement 21 % des cadres dirigeants ayant adopté l’IA estiment que leurs organisations ont mis en place des politiques sur l’utilisation des technologies d’IA générative par les employés dans leur travail. Seuls 32 % déclarent avoir mis en place des politiques d’atténuation des inexactitudes (le risque le plus prévalent), et 38 % ont établi des politiques relatives aux risques de cybersécurité (51 % pour l’IA dans son ensemble). Pour atténuer ces risques, les entreprises doivent expliciter leurs décisions et veiller à la transparence de leurs systèmes d’IA. Les développeurs et fournisseurs d’IA doivent également être tenus responsables des conséquences de leurs systèmes. Enfin, toutes les parties prenantes doivent être sensibilisées aux enjeux de l’IA et impliquées dans les discussions, en s’assurant que l’IA est utilisée dans l’intérêt public et reflète les valeurs et les préoccupations de la société.